Carte des communautés autochtones du Québec

Carte des communautés autochtones du Québec, qui en 2016, comptait 359 430 personnes, composée de 17 175 Inuits, 289 610 Premières Nations et 61 260 Métis. Les Inuits du Québec vivent principalement au Nunavik dans le Nord-du-Québec. Il existe dix groupes ethniques des Premières Nations au Québec, ils se rattachent à deux groupes linguistiques. La famille algonquienne regroupe huit ethnies : les Abénaquis, les Algonquins, les Attikameks, les Cris, les Wolastoqiyik, les Micmacs, les Innus et les Naskapis. Ces deux derniers formaient jusqu’en 1978 une seule et même ethnie : les Innus. La famille iroquoienne est composée des Hurons-Wendats et des Mohawks. Cependant, seuls ces derniers composent la confédération iroquoise (Haudenosaunee) avec cinq autres groupes autochtones de l’État de New York et de l’Ontario. Le onzième groupe ethnique autochtone du Québec, les Inuits (ou, de façon obsolète, les Esquimaux), appartient quant à elle à la famille inuit-aléoute. Les Inuits vivent principalement au Nouveau-Québec (Nunavik) et composent la majorité de la population vivant au nord du 55e parallèle.

Trois chefs Huron-Wyandot

Les droits des Autochtones ont été énoncés dans la Loi sur les Indiens et adoptés à la fin du 19e siècle. Cette loi confine les Premières Nations dans les réserves créées pour elles. La Loi sur les Indiens est toujours en vigueur aujourd’hui. En 1975, les Cris, les Inuits et le gouvernement du Québec ont convenu d’un accord appelé la Convention de la Baie James et du Nord québécois qui étendrait les droits autochtones au-delà des réserves et à plus des deux tiers du territoire québécois. Étant donné que cette extension a été promulguée sans la participation du gouvernement fédéral, les droits autochtones étendus n’existent qu’au Québec. En 1978, les Naskapis se sont joints à l’entente lors de la signature de la Convention du Nord-Est québécois. Des discussions sont en cours avec les Montagnais de la Côte-Nord et du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour la création éventuelle d’une autonomie similaire dans deux nouveaux territoires distincts qui s’appelleraient Innu Assi et Nitassinan. D’ailleurs en janvier 2010, une entente conclue entre Québec et les Montagnais accordait au Conseil de bande de Mashteuiatsh la planification du concept d’aire innue d’aménagement et de développement dans toute la réserve faunique Ashuapmushuan, laquelle est située sur le Nitassinan de la communauté des Pekuakamiulnuatsh.

Quelques institutions politiques ont également été créées au fil du temps :

  • L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador
  • Le Grand Conseil des Cris et le Gouvernement de la nation crie
  • La Société Makivik291

Description du fichier de la «carte des communautés autochtones du Québec»‎ (1 185 × 1 320 pixels, taille du fichier : 633 Kio, type MIME : image/png)

© 2022