Carte de Béchar

Carte de Béchar, anciennement Colomb-Béchar pendant la colonisation française après 1902, est une commune de la wilaya de Béchar dont elle est le chef-lieu. Béchar est la plus grande ville du sud-ouest algérien.

Le système fluvial de la Saoura avec l'oued Bechar au centre.
  • Population : 165 627 hab. (2008)
  • Superficie : 5 050 km2
  • Densité : 33 hab./km2

L’émetteur à ondes longues Kenadsa, dont les mâts sont les structures les plus hautes d’Algérie à 357 mètres, se trouve près de Béchar.

Géographie

Béchar se trouve à une altitude de 747 mètres sur les rives de l’Oued Béchar, qui traverse la ville du nord-est au sud-ouest. Les hauts plateaux rocheux du Djebel Béchar surplombent la ville du sud-est, culminant à 1 206 mètres à l’est de la ville. Plus au nord-est, la chaîne du Djebel Antar s’élève encore plus haut, à 1 953 mètres. Le nord-ouest, en revanche, est un reg rocheux plat.

Localités de la commune

Depuis 1984, la commune de Béchar est constituée à partir des localités suivantes :

  • Béchar-Centre
  • Kasr Béchar
  • Debdaba
  • Béchar Djedid
  • Ouakda
  • Benzireg
  • Hassi Haouari
  • Zouzfana
  • Gharassa
  • Manouarar Nekheila

Un quartier s’appelle Mer Niger, du nom du Chemin de fer transsaharien.

Transport

Béchar dispose d’un aéroport situé à 5 km au nord-ouest de la ville. Des vols opérés par la compagnie Air Algérie la relient à Alger et à Oran.

La commune de Béchar est traversée par la route nationale 6 (RN 6), dite « route des Oasis », qui relie la ville de Sig, située au nord-ouest de l’Algérie, à la ville de Timiaouine, située à l’extrême sud de l’Algérie à la frontière avec le Mali, via Béchar et Adrar.

Le 15 juillet 2010, la ligne ferroviaire Oran-Béchar, longue de 700 km, a été inaugurée. Le voyage s’effectue en 10 heures. Cette ligne de train permettra au sud-ouest algérien un désenclavement et accentuera les échanges commerciaux entre le nord et le sud algérien en desservant jusqu’à Oran les villes suivantes : Oued Tlelat, Sidi Bel Abbes, Ras El Ma, Mecheria, Naâma, Ain Sefra, Beni Ounif.

Économie

Le développement rapide de Béchar est étroitement lié à la présence de l’armée algérienne notamment le long de la frontière marocaine.

Avant que le charbon ne soit trouvé ici en 1907, Béchar était une petite ville avant son annexion à l’Algérie française en 1904. Elle a ensuite prospéré grâce à l’activité des mines de charbon jusqu’à ce que la production pétrolière s’empare du marché.

La maroquinerie et la joaillerie sont des produits notables de Béchar. Dattes, légumes, figues, céréales et amandes sont produits près de Béchar. Il existe des réserves de charbon bitumineux près de Béchar, mais elles ne sont pas exploitées à leur plus grand potentiel en raison des coûts de transport trop élevés par rapport à ceux des gisements de pétrole et de gaz de l’est algérien. La ville était autrefois le site d’un poste de la Légion étrangère française.

L’agriculture est une industrie importante à Béchar. La commune dispose d’un total de 8 384 hectares de terres arables, dont 5 100 hectares sont irrigués. Il y a au total 109 000 palmiers dattiers plantés sur la commune, occupant 910 hectares. Les autres cultures comprennent les légumes, les figues, les céréales et les amandes. En 2009, il y avait 19 067 moutons, 16 664 chèvres, 1 766 chameaux et 444 bovins. Il y avait aussi 126 000 poulets dans 20 bâtiments.

Il y a un peu de tourisme dans la ville, avec 10 hôtels et attractions touristiques dont des dunes de sable, des palmeraies, l’ancien ksar et un ancien fort.

© 2023