Carte des bases militaires dans l’Arctique

L’Arctique est appelé à devenir un champ de bataille géopolitique à l’avenir. Le réchauffement de la calotte polaire révélera probablement d’importantes ressources naturelles inexploitées. Les États-Unis estiment qu’environ 15 % du pétrole restant dans le monde, jusqu’à 30 % de ses gisements de gaz naturel et environ 20 % de son gaz naturel liquéfié sont stockés dans les fonds marins de l’Arctique.

La base Nagourskoïé un aéroport militaire russe de l'Arctique.

Certains pays affirment que l’Arctique n’a jamais été politiquement investi, et dans le même temps, certaines puissances militaires lui ont donné une grande importance stratégique. Le Canada y possède un poste d’alerte avancé, et en réclame une grande partie. C’est le capitaine Joseph-Elzéar Bernier (1852-1934) qui a revendiqué le territoire de l’Arctique canadien, le 1er juillet 1909, sur l’île Melville. La marine canadienne y patrouille régulièrement afin d’y affirmer sa souveraineté.

Dans les années 1950 et 1960, l’Arctique a souvent été le lieu de tests de sous-marins, sonars et autres nouvelles armes. L’établissement de la souveraineté canadienne sur le fameux passage du Nord-Ouest dans l’Arctique a, selon le gouvernement canadien, pour objectif principal de s’attaquer au problème de l’impact des changements climatiques en Arctique et de l’Accord sur les revendications territoriales du territoire inuit de Nunavut. Le gouvernement canadien a annoncé en 2007 l’octroi de trois milliards de dollars pour la construction de bateaux de patrouilles côtières et d’un port en eau profonde à Nanisivik au Nunavut.

La Station des Forces canadiennes Alert.

Durant la guerre froide, la région fut étroitement surveillée par l’armée américaine et l’OTAN, pensant que les frappes nucléaires de l’URSS commenceraient par l’envoi de missiles balistiques passant par le Pôle Nord vers les États-Unis.

En juillet 2007, une expédition polaire russe a effectué une plongée inédite (à −4 200 m) et spectaculaire dans les profondeurs de l’océan Arctique afin de collecter des preuves supplémentaires permettant d’appuyer les revendications russes. Un drapeau russe en titane y a également été symboliquement planté. En mars 2009, la Russie a décidé de créer, d’ici à 2020, un groupement de troupes dans l’Arctique, en vue de protéger ses intérêts économiques et politiques dans cette région.

À part la Russie et le Canada, la zone de l’Arctique est également convoitée par les États-Unis, le Danemark et la Norvège, bien que la marine de guerre de ce pays ait décidé de la fermeture de sa base navale d’Olavsvern (Tromsø).

© 2023