Carte topographique de la Guyane

Sous bois de la forêt guyanaise.

La Guyane française se situe entre les latitudes 2° et 6° N et les longitudes 51° et 55° W. La topographie de la Guyane se compose de deux régions géographiques principales (comme on le voit sur la carte ci-dessus) : une bande côtière où vit la majorité de la population, et une forêt tropicale dense et presque inaccessible qui s’élève progressivement aux modestes sommets des montagnes Tumuc-Humac le long de la frontière brésilienne. Le relief de la Guyane s’est modelé à partir d’un socle ancien bordé par une plaine littorale. L’essentiel de la région se trouve à une altitude comprise entre 100 et 200 mètres, signe d’une très ancienne évolution morphologique et géomorphologique dont résulte la faiblesse des contrastes topographiques.

  • la plaine côtière ou « terres basses » qui s’étend sur quelques dizaines de kilomètres depuis la frontière maritime. Elle représente environ 450 000 ha recouverts de marécages et de savanes. C’est une plaine alluviale, plus ou moins inondable d’une altitude le plus souvent inférieure à 30 mètres ;
  • les terres hautes qui se développent sur le plateau des Guyanes et représentent près de 95 % du territoire. L’absence de mouvement tectonique depuis l’ère primaire et l’érosion importante qu’il a subie ont sculpté des formes de relief diverses dont la plus importante et caractéristique est une colline convexe qualifiée de demi-orange, grossièrement circulaire, haute de plusieurs dizaines de mètres pour un diamètre supérieur au kilomètre. Ces demi-oranges, présentes en grand nombre, donnent aux terres hautes l’aspect d’une mer de collines.
Vue sur la forêt tropicale en direction de Cacao. Vue panoramique depuis la montagne Bellevue en Guyane.

Le plus haut sommet de la Guyane française est le Bellevue de l’Inini à Maripasoula (851 m). Les autres montagnes comprennent le mont Itoupé (826 m), la montagne Kotika (744 m), le pic Coudreau (711 m) et la montagne de Kaw (337 m).

Plusieurs petites îles se trouvent au large de la côte: les trois îles du Salut, dont l’île du Diable, et la réserve ornithologique isolée des îles du Connétable plus loin le long de la côte vers le Brésil.

Le barrage de Petit-Saut, un barrage hydroélectrique au nord de la Guyane française forme un lac artificiel et fournit de l’hydroélectricité. Il existe de nombreuses rivières en Guyane française, dont la rivière Ouaqui.

Depuis 2007, la forêt amazonienne, située dans la partie la plus reculée du département, est protégée sous le nom de Parc amazonien de Guyane, l’un des dix parcs nationaux de France. Le territoire du parc s’étend sur quelque 33 900 km² sur les communes de Camopi, Maripasoula, Papaïchton, Saint-Élie et Saül.

© 2022