Carte de répartition ethnique à New York City

Immigrants arrivant à New York par Ellis Island en 1902.

La population de la ville de New York en 2020 était de 30,9% de blancs (non hispaniques), de 28,7% d’hispaniques ou de latinos, de 20,2% de noirs ou d’afro-américains (non hispaniques), de 15,6% d’asiatiques et de 0,2% d’amérindiens (non hispaniques). Au total, 3,4 % de la population non hispanique s’est identifia à plus d’une race. Tout au long de son histoire, New York a été un important port d’entrée pour les immigrants aux États-Unis. Plus de 12 millions d’immigrants européens ont été accueillis à Ellis Island entre 1892 et 1924. Le terme «melting pot» a d’abord été inventé pour décrire les quartiers d’immigrants densément peuplés du Lower East Side. En 1900, les Allemands constituaient le plus grand groupe d’immigrants, suivis des Irlandais, des Juifs et des Italiens. En 1940, les Blancs représentaient 92 % de la population de la ville.

Carte du Chinatown de Manhattan, à New York.

Environ 37% de la population de la ville est née à l’étranger et en 2013 plus de la moitié de tous les enfants sont nés de mères immigrées. À New York, aucun pays ou région d’origine ne domine. Les dix principales sources de personnes nées à l’étranger dans la ville en 2011 étaient la République dominicaine, la Chine, le Mexique, la Guyane, la Jamaïque, l’Équateur, Haïti, l’Inde, la Russie et Trinité-et-Tobago, tandis que la population immigrée née au Bangladesh est devenue celle avec la plus forte croissance de la ville, comptant plus de 74 000 en 2011.

Selon le recensement de 2010, les Américains d’origine ethnique asiatique à New York sont plus d’un million, plus que les totaux combinés de San Francisco et de Los Angeles. New York contient la population asiatique totale la plus élevée de toutes les villes américaines proprement dites. L’arrondissement de Queens à New York abrite la plus grande population asiatique américaine de l’État et les plus grandes populations andines (colombiennes, équatoriennes, péruviennes et boliviennes) des États-Unis, et est également la zone urbaine la plus diversifiée sur le plan ethnique au monde.

La population chinoise constitue l’ethnie qui connaît la croissance la plus rapide dans l’État de New York ; plusieurs satellites du quartier chinois d’origine de Manhattan, à Brooklyn et autour de Flushing, dans le Queens, prospèrent en tant qu’enclaves traditionnellement urbaines, tout en s’étendant rapidement vers l’est dans la banlieue du comté de Nassau à Long Island, alors que la région métropolitaine de New York et l’État de New York sont devenus le les principales destinations des nouveaux immigrants chinois, respectivement, et l’immigration chinoise à grande échelle se poursuit à New York et dans les environs, avec la plus grande diaspora chinoise métropolitaine en dehors de l’Asie, comprenant environ 812 410 personnes en 2015.

Carte du quartier chinois et de la petite Italie à New York.

En 2012, 6,3% de la ville de New York était d’origine chinoise, dont près des trois quarts vivaient dans le Queens ou à Brooklyn, géographiquement sur Long Island. Une communauté de 20 000 Coréens-Chinois (Joseonjok ou Chosonjok) est centrée à Flushing, dans le Queens, tandis que New York abrite également la plus grande population d’ethnie tibétaine en dehors de la Chine, de l’Inde et du Népal, également centrée dans le Queens. Les Coréens représentaient 1,2% de la population de la ville et les Japonais 0,3%. Les Philippins étaient le plus grand groupe ethnique d’Asie du Sud-Est avec 0,8%, suivis des Vietnamiens, qui représentaient 0,2% de la population de New York en 2010. Les Indiens sont le plus grand groupe d’Asie du Sud, comprenant 2,4% de la population de la ville, avec les Bangladais et les Pakistanais à 0,7% et 0,5%, respectivement. Queens est l’arrondissement préféré des Indiens d’Asie, des Coréens, des Philippins et des Malais, et d’autres Asiatiques du Sud-Est; tandis que Brooklyn accueille un grand nombre d’immigrants antillais et indiens d’Asie.

La ville de New York compte la plus grande population blanche européenne et non hispanique de toutes les villes américaines. À 2,7 millions en 2012, la population blanche non hispanique de New York est plus importante que les populations blanches non hispaniques de Los Angeles (1,1 million), Chicago (865 000) et Houston (550 000) réunies. La population blanche non hispanique était de 6,6 millions en 1940. La population blanche non hispanique a commencé à augmenter depuis 2010.

Chinatown, Manhattan, New York City sur Pell Street.

La diaspora européenne résidant dans la ville est très diversifiée. Selon les estimations du recensement de 2012, il y avait environ 560 000 Américains d’origine italienne, 385 000 Américains d’origine irlandaise, 253 000 Américains d’origine allemande, 223 000 Américains d’origine russe, 201 000 Américains d’origine polonaise et 137 000 Américains d’origine anglaise. De plus, les Américains grecs et français étaient au nombre de 65 000 chacun, ceux d’origine hongroise étant estimés à 60 000 personnes. Les Américains ukrainiens et écossais étaient respectivement au nombre de 55 000 et 35 000. Les personnes identifiant une ascendance espagnole étaient au nombre de 30 838 au total en 2010.

Restaurants dans la Petite Italie historique de Manhattan, New York.

Les personnes d’origine norvégienne et suédoise étaient toutes deux d’environ 20 000 personnes chacune, tandis que les personnes d’origine tchèque, lituanienne, portugaise, écossaise-irlandaise et galloise comptaient toutes entre 12 000 et 14 000. Les Arabes américains sont plus de 160 000 à New York, avec la plus forte concentration à Brooklyn. Les Asiatiques centraux, principalement les Américains ouzbeks, constituent un segment en croissance rapide de la population blanche non hispanique de la ville, comptant plus de 30 000 personnes et comprenant plus de la moitié de tous les immigrants d’Asie centrale aux États-Unis, la plupart s’installant dans le Queens ou à Brooklyn. Les Américains d’origine albanaise sont les plus concentrés dans le Bronx, tandis qu’Astoria, dans le Queens, est l’épicentre de la culture grecque américaine ainsi que de la communauté chypriote.

Little India sur la 74e rue à Jackson Heights, Queens.

La zone statistique métropolitaine plus large de New York, avec plus de vingt millions d’habitants, soit environ cinquante pour cent de plus que la deuxième ville de Los Angeles, est également ethniquement diversifiée, avec la plus grande population née à l’étranger de toutes les régions métropolitaines du monde. La région de New York continue d’être de loin la principale porte d’entrée métropolitaine pour les immigrants légaux admis aux États-Unis, dépassant largement les totaux combinés de Los Angeles et de Miami. Elle abrite les plus grandes communautés juives et israéliennes en dehors d’Israël, la population juive de la région s’élevant à plus de 1,5 million en 2012 et comprenant de nombreuses sectes juives diverses, principalement du Moyen-Orient et d’Europe de l’Est, et comprenant une population juive orthodoxe en croissance rapide. population, la plus importante en dehors d’Israël.

Koreatown à New York City la nuit.

La zone métropolitaine abrite également 20% des Indiens d’Amérique du pays et au moins 20 enclaves de Little India , et 15% de tous les Américains d’origine coréenne et quatre Koreatowns ; la plus grande population indienne d’Asie de l’hémisphère occidental; les plus grandes populations russes américaines, italo-américaines et afro-américaines; la plus grande population dominicaine américaine, portoricaine américaine et sud-américaine et la deuxième plus grande population hispanique globale aux États-Unis, au nombre de 4,8 millions; et comprend plusieurs quartiers chinois établis dans la seule ville de New York.

El Barrio, Spanish Harlem, 116th et Lexington Ave, New York City.

L’Équateur, la Colombie, la Guyane, le Pérou, le Brésil et le Venezuela sont les principaux pays sources d’Amérique du Sud pour les immigrants dans la région de New York ; la République dominicaine, la Jamaïque, Haïti et Trinité-et-Tobago dans les Caraïbes ; Nigeria, Égypte, Ghana, Tanzanie, Kenya et Afrique du Sud d’Afrique ; et El Salvador, le Honduras et le Guatemala en Amérique centrale. Au milieu d’une résurgence de la migration portoricaine vers New York, cette population était passée à environ 1,3 million dans la zone métropolitaine en 2013. En 2022, la ville de New York a commencé à recevoir des milliers d’immigrants latinos transportés par bus depuis l’État du Texas, principalement originaires du Venezuela, de l’Équateur, de la Colombie et du Honduras.

Depuis 2010, Little Australia a émergé et se développe rapidement, représentant la présence australasienne à Nolita, Manhattan. En 2011, il y avait environ 20 000 résidents australiens à New York, soit près du quadruple des 5 537 de 2005. Qantas Airways d’Australie et Air New Zealand ont prévu des vols long-courriers de New York à Sydney et Auckland, qui se classeraient tous deux parmi les plus longs vols sans escale au monde. Un petit Sri Lanka s’est développé dans le quartier de Tompkinsville à Staten Island. Le Petit Sénégal, ou Little Senegal, est basé à Harlem. Richmond Hill, Queens est souvent considérée comme la «Petite Guyane» pour sa grande communauté guyanaise, ainsi que Punjab Avenue, ou Little Punjab, pour sa forte concentration de Punjabi. Little Poland se développe rapidement à Greenpoint, Brooklyn.

© 2022