Carte du Yémen

Carte du Yémen, officiellement la République du Yémen, un pays d’Asie occidentale, à l’extrémité sud de la péninsule arabique. Il borde l’Arabie saoudite au nord et Oman au nord-est et partage des frontières maritimes avec l’Érythrée, Djibouti et la Somalie. C’est le deuxième plus grand État souverain arabe de la péninsule, occupant 527,968 kilomètres carrés. Le littoral s’étend sur environ 2000 kilomètres. La capitale constitutionnelle du Yémen, et la plus grande ville, est la ville de Sanaa, mais la ville est sous le contrôle des rebelles Houthi depuis février 2015 alors qu’Aden, est contrôlée par le Conseil de transition du Sud depuis 2018.

  • Superficie totale du Yémen 527,968 km²
  • En 2021 la population du Yémen était de 30,491,000
  • Les capitales du pays sont Sanaa (de jure) et Aden (Capitale temporaire en exil)
  • Les plus grandes villes du Yémen sont: Sanaa, Aden, Ta’izz, Al-Hodeïda, Ibb.

Dans l’Antiquité, le Yémen était la patrie des Sabéens, un État commerçant qui comprenait des parties de l’Éthiopie et de l’Érythrée modernes. Plus tard en 275 EC, le royaume himyarite fut influencé par le judaïsme. La chrétienté est arrivée au IVe siècle. L’islam s’est rapidement propagé au VIIe siècle et les troupes yéménites ont été cruciales dans les premières conquêtes islamiques. Plusieurs dynasties ont émergé du IXe au XVIe siècle, comme la dynastie Rassoulide. Le pays a été divisé entre les empires ottoman et britannique dans les années 1800. Le royaume mutawakkilite du Yémen a été créé après la Première Guerre mondiale avant la création de la République arabe du Yémen en 1962. Le Yémen du Sud est resté un protectorat britannique en tant que protectorat d’Aden jusqu’en 1967, date à laquelle il est devenu un État indépendant et plus tard, un État marxiste-léniniste. Les deux États yéménites se sont unis pour former la République moderne du Yémen (al-Jumhūrīyah al-Yamanīyah) en 1990. Le président Ali Abdallah Saleh a été le premier président de la nouvelle république jusqu’à sa démission en 2012 à la suite du printemps arabe.

Depuis 2011, le Yémen est dans un état de crise politique, à commencer par des manifestations de rue contre la pauvreté, le chômage, la corruption et le plan du président Saleh visant à amender la constitution du Yémen et à éliminer la limite du mandat présidentiel. Le président Saleh a démissionné et les pouvoirs de la présidence ont été transférés à Abdrabbuh Mansur Hadi. Depuis lors, le pays est en guerre civile (aux côtés de l’intervention militaire dirigée par l’Arabie saoudite visant à restaurer le gouvernement de Hadi) avec plusieurs entités proto-étatiques prétendant gouverner le Yémen: le Cabinet du Yémen, le Conseil politique suprême et le Conseil de transition du Sud. . Au moins 56 000 civils et combattants ont été tués lors de violences armées au Yémen depuis janvier 2016. La guerre a entraîné une famine touchant 17 millions de personnes. Le manque d’eau potable, causé par l’épuisement des aquifères et la destruction des infrastructures hydrauliques du pays, a également causé la plus grande et la plus rapide épidémie de choléra de l’histoire moderne, avec un nombre de cas suspects dépassant les 994 751. Plus de 2 226 personnes sont décédées depuis que l’épidémie a commencé à se propager rapidement fin avril 2017. La crise humanitaire et le conflit en cours ont été largement critiqués pour avoir un effet dramatique sur la situation humanitaire du Yémen, que certains disent avoir atteint le niveau d’une « catastrophe humanitaire » et certains l’ont même qualifié de génocide. Cela a aggravé la situation déjà précaire des droits humains dans le pays.

Le Yémen est membre de la Ligue arabe, des Nations Unies, du Mouvement des pays non alignés et de l’Organisation de Coopération Islamique (OCI). Il appartient au groupe des pays les moins avancés, en référence à ses nombreux « obstacles structurels graves au développement durable ». En 2019, les Nations Unies ont signalé que le Yémen est le pays qui compte le plus de personnes ayant besoin d’aide humanitaire, soit environ 24 millions de personnes, soit 85 % de sa population. En 2020, le pays est classé le plus élevé dans l’indice des États fragiles, le deuxième pire dans l’indice de la faim dans le monde, dépassé seulement par la République centrafricaine, et a l’indice de développement humain le plus bas de tous les pays non africains.

© 2022